Général

Virus du papillome buccal chez le chien

Virus du papillome buccal chez le chien

Virus du papillome buccal chez le chien a été associée à plusieurs processus pathologiques distincts, y compris le papillome, le carcinome et une lésion potentiellement maligne récemment reconnue, la fibroélastose papillaire orale. Parmi les papillomes, la papillomatose buccale est le plus souvent associée à la puce du chien. Dans les zones où la puce du chien n'est pas courante, les lésions sont le plus souvent observées sur les faces ventrales du palais, des gencives, de la langue et de la muqueuse buccale. Les lésions peuvent être douloureuses, et bien que certains propriétaires puissent demander l'euthanasie, la majorité est traitée avec succès. Le traitement consiste en l'ablation chirurgicale du papillome avec ou sans chimiothérapie.

Histologiquement, la papillomatose buccale est caractérisée par une prolifération épithéliale de taille variable, qui ne s'étend pas dans la sous-muqueuse ni dans la couche de tissu conjonctif. L'épithélium est typiquement aplati et squameux, bien qu'un épithélium stratifié ait également été rapporté. Ces cellules épithéliales sont hyperchromatiques et les noyaux semblent gonflés. La kératine se fond généralement au bleu alcian (voir Fig. 1) ou au KOH.

Le virus du papillome fait partie de la sous-famille des Gammaretrovirinae au sein de la famille des Retroviridae. Le génome est constitué d'une molécule d'acide ribonucléique (ARN), qui contient un ARN simple brin de sens positif de 9,2 kb de longueur et comprend les séquences des gènes gag, pol et env. Le génome est rétro-transcrit en ADN double brin de sens négatif dans le cytoplasme. Cet ADN est transporté vers le noyau, où il s'intègre à l'ADN cellulaire. Le virus n'est pas oncogène chez son hôte naturel, le chien, mais il peut être néoplasique lorsqu'il est transmis à d'autres animaux. Le virus du papillome n'est pas associé au développement du cancer chez l'homme, mais il est étiologique dans une forme rare de carcinome épidermoïde canin. Cette tumeur a également été associée à une exposition expérimentale à des cancérogènes chimiques.

Le traitement de la maladie implique l'ablation chirurgicale de la lésion. Après la chirurgie, des agents chimiothérapeutiques peuvent être prescrits. Un traitement réussi de la maladie est possible avec la chimiothérapie seule. Une combinaison de vidarabine et d'idoxuridine est efficace contre le papillomavirus du chien.

FIGURE 1-5 Papillome. Un papillome avec un kyste central du comédon chez une femelle dobermann pinscher de 9 ans atteinte d'amylose cutanée. Notez l'absence de signes cliniques de la maladie (sans maladie).

FIGURE 1-6 Papillomatose. Lésions cutanées de papillomatose sur la face ventrale d'un Pékinois de sexe masculin de 1,5 ans.

Maladie infectieuse {#cesec14}

==================

Les agents infectieux représentent une menace constante pour la vie et la santé de l'animal. Les agents de maladies infectieuses les plus importants chez les chiens et les chats sont les suivants :

•Parvovirus. Ce virus est l'un des virus les plus courants chez le chien et le chat. Il provoque une anémie sévère et une infection sévère du tractus intestinal. Cette infection peut être causée par le parvovirus de type 2 ou le virus de type 1. Les 2 virus sont antigéniquement similaires et réagissent de manière croisée. Le parvovirus est le principal agent causant la diarrhée chez les chiots. La maladie est généralement spontanément résolutive et n'a généralement aucun effet sur la vie de l'animal. Il provoque la mort de certains chiots et chatons et a un taux de mortalité élevé chez les chiens et chats adultes (voir le chapitre 8 pour une discussion plus complète de ce virus).

•Virus de la leucémie féline. Ce virus est très similaire au virus de la leucémie humaine à cellules T de type 1 (HTLV-1), qui est présent chez 60 à 70 % des personnes atteintes de leucémie/lymphome à cellules T adultes. Ce virus provoque une malignité des cellules T. Il a été rapporté chez environ 5 à 10 % des chats domestiques avec ou sans maladie lymphoproliférative évidente. Le virus de la leucémie féline est un rétrovirus transformant et entraîne une maladie lymphoproliférative.

•Entérite virale. Cette maladie, causée par un coronavirus, provoque des diarrhées et des vomissements et s'observe principalement chez les jeunes chiots et chatons.

•Toxoplasmose. Il s'agit d'une maladie protozoaire qui est le plus souvent observée chez les chiots et les chatons. La maladie est causée par l'ingestion d'excréments de chat contenant des oocystes de *Toxoplasma gondii* (les oocystes sont un type de parasite).

• Calicivirus. La maladie est le plus souvent observée chez les chiots. C'est un calicivirus qui provoque une variété de maladies entériques bénignes chez les jeunes chiens et les jeunes chats.

•Démence cervicale. Il s'agit d'une infection chez les chiots causée par le morbillivirus. Il provoque des vomissements, de la diarrhée, de la déshydratation et des maladies neurologiques. Bien que la maladie de Carré soit une maladie respiratoire chez les chats, elle peut provoquer une maladie grave du SNC chez les chiots.

• Hépatite infectieuse canine (voir chapitre 9). Ceci est causé par l'adénovirus de type 1 et est observé chez les chiots. Il existe une virémie initiale qui se traduit par une perte de la réponse immunitaire.

•Parvovirus infectieux canin (voir chapitre 8). C'est une maladie observée chez les chiots qui est causée par le parvovirus. La virémie initiale entraîne une diminution de la fonction immunitaire et peut entraîner la mort.

•Panleucopénie féline (voir chapitre 9). Il s'agit d'une infection des jeunes chatons qui entraîne une anémie aplasique (incapacité à former des globules rouges ou blancs).

•Coronavirus canin (voir chapitre 6). Il s'agit de la maladie entérique virale la plus courante chez les chiots et les chatons et elle est causée par un coronavirus. La maladie est plus fréquente chez les chiots.

#### Maladies urinaires

•Néphrite. La néphrite est la maladie inflammatoire du rein et peut survenir chez les chiots. La cause la plus fréquente de néphrite est la grippe rénale aiguë causée par le virus myxovirus (maladie féline) chez le chat et par le coronavirus félin chez le chat.

•Protéinurie. La protéinurie est une protéine dans l'urine. C'est une complication fréquente et parfois mortelle de la néphrite.

* Voir chapitre 9.

* Voir aussi chapitre 8, chapitre 9.

* **Maladie du foie**

•Hépatites aiguës et chroniques. Il existe de nombreuses causes d'hépatite notamment virales (hépatite féline), alimentaires, bactériennes et toxiques. Généralement, il y a une cause sous-jacente.

•Cholangiohépatite (voir chapitre 9).

•Pyomètre. Le pyomètre est l'inflammation de l'utérus causée par la bactérie Escherichia coli.

•Hypertension portale. L'hypertension portale est une maladie du foie causée par la formation de vaisseaux sanguins qui relient la veine porte et la veine cave inférieure. Il est plus fréquent chez les petites races.

#### Maladies gastro-intestinales

•La diarrhée. Voir le tableau 4.2.

•Cryptorchidie. Cryptorchidée