Général

Les chiens laissent des empreintes de pattes dans nos cœurs

Les chiens laissent des empreintes de pattes dans nos cœurs

Les chiens laissent des empreintes de pattes dans nos cœurs

Je me suis mis à penser aux empreintes de pattes et au fait que lorsqu'un chien se lève d'un tas de neige chaude, ses pieds sont froids.

Ses pattes se colleront à la neige, et l'impression qu'il fera y restera. Quand il revient au chaud, ses pieds sont apaisés. Mais, une fois la neige fondue, ses empreintes ont disparu.

Je pense aux chiens et à leur relation avec nous, et j'en suis venu à penser à leurs empreintes de pattes dans la neige comme une métaphore de leur relation avec nous, en tant qu'humains.

Voici une question : avez-vous déjà pensé aux empreintes de pattes ? Si oui, qu'en avez-vous pensé ? J'aime la photo à droite la meilleure des deux, même si c'est plus qu'un peu dérangeant.

Je crois que les chiens regardent le monde à travers nous, et ils pensent que ce qu'ils voient, c'est nous. Je crois qu'il peut en être de même pour nous, en regardant le monde à travers eux.

C'est intéressant d'y penser.

Ceci est un extrait de mon roman, "Une vie de chien". Certaines parties de l'histoire seront modifiées. Les autres parties resteront inchangées. Le nom du chien sera modifié. Ce sera un chien différent. Mais, il est basé sur une histoire vraie sur un chien.

______________________________________________

Le chien aboie à la porte. Le hurlement d'un chien est une sorte de musique. Cela n'a rien à voir avec des hurlements à consonance humaine. C'est un tout autre genre de chose.

Il pleurniche pour sortir du froid, mais il ne sait pas comment se réchauffer les pattes.

Et, comme les humains, il n'apprendra jamais à ouvrir la porte de sa maison et à se laisser entrer dans la chaleur. Sa bouche est trop grande et ses dents sont trop éloignées. Il ne peut que mâcher ce qui est trop gros pour lui.

Il vient de sortir du camion et secoue les jambes et essaie de relâcher les muscles.

Ce n'est pas qu'il est nerveux. C'est qu'il sait qu'il ne sait pas quoi faire et qu'il ne sait pas quoi faire.

Sa langue sort du côté de sa bouche. Il est humide et il peut le sentir dans ses dents. Il n'en est pas content et il n'aime pas sentir quoi que ce soit d'humide et de collant dans sa bouche. Cela lui rappelle le temps où il a bu dans une fontaine et s'est mouillé la langue et il l'a léché.

Il n'aimait pas ça.

Il ne va pas aimer la sensation de l'eau dans sa bouche. Il le sait, même s'il aime l'eau sur sa langue.

Ils sont assis par terre. Il regarde vers le ciel et souhaite pouvoir dire à quelqu'un ce qu'il ressent. Il leur dirait ce qu'il pense et il leur dirait ce qu'il ressent et même, peut-être, il leur montrerait, s'il pensait qu'ils comprendraient.

Il ne veut pas pleurer, car il sait qu'il ne peut pas trouver de réconfort.

Il sait qu'il ne peut rien faire.

Il sait qu'il devra dépendre des autres pour faire les choses à sa place et il ne veut pas le faire.

Ils viennent de le mettre dans son abri, et ils sont partis.

Maintenant, il fait noir.

C'est tout nouveau.

Il est froid.

Il est mouillé.

Il sonne.

Il ne peut pas le supporter.

Il sait qu'il va devoir s'y habituer.

Il ne sait pas pourquoi ils lui feraient ça. Il ne le fait vraiment pas. Il sait qu'ils ne vont pas lui faire de mal, mais il ne sait pas pourquoi ils lui font ça.

Il devra se coucher jusqu'au matin pour le savoir.

Quand c'est le matin et qu'il n'a rien mangé, il mange et il mange beaucoup. Il ne peut pas s'arrêter.

Quand c'est le matin et qu'il a fini de manger, il s'endort.

Il ne se réveille pas.

***

Le lendemain, il veut essayer de nager.

Il ne peut pas.

Sa langue lui fait mal, et plus il essaie de ne pas lui faire mal, plus ça fait mal.

Cela fait si mal.

Sa langue est rouge.

Il est devenu gonflé.

Il a beaucoup de mucus.

Le mucus est épais et dur.

Il pleure.

Il est bruyant.

Il va avoir des ennuis.

Il ne peut pas parler comme ça.

***

Le lendemain, l'école l'appelle et lui dit qu'ils le ramènent à la maison.

Ils le ramènent à la maison, et c'est l'heure du déjeuner.

Il veut jouer à des jeux vidéo, mais ils sont trop bruyants pour lui, alors il regarde la télévision.

Puis il a faim et la nourriture est trop abondante.

Il le jette.

***

Le lendemain, il n'a toujours pas raison.

Il a faim et il veut jouer aux jeux vidéo.

Il ne peut pas.

Sa langue lui fait mal.

***

Le lendemain, il va à l'école.

Il ne peut pas parler.

Il a faim.

La nourriture est trop.

Il ne peut pas le jeter.

Donc il ne peut pas manger.

Il veut jouer aux jeux vidéo.

Il ne peut pas.

***

Il va chez le médecin.

Il fait une prise de sang.

Il a un scanner.

Le docteur revient.

Il dit qu'il va devoir passer un test de déglutition.

***

Il est emmené à l'hôpital.

Sa mère prend la voiture.

Il vomit agn.

Le vomi est épais et noir.

Il vomit longtemps.

Lorsqu'il s'arrête, l'infirmière l'emmène dans la salle de bain et lui dit de boire de l'eau.

Il est nerveux parce que le médecin a dit qu'il avait besoin de boire cette eau rapidement.

Il a peur.

Il boit.

Il se sent un peu mieux.

Sa mère le ramène dans sa chambre.

Il peut encore parler.

Il garde juste un marmonnement de bas niveau.

L'infirmière vient le voir.

Il lui parle.

L'infirmière met du liquide dans un tube qui descend dans son estomac.

Il se sent un peu mieux.

***

À l'école, il discute avec ses amis.

Il se sent mieux.

Il va bien.

Son estomac fait mal.

Il doit vomir.

Il vomit.

Il vomit agn.

Il vomit agn.

Et agn.

Il a la nausée.

Il a le vertige.

Il vomit agn.

Il a le vertige.

Il vomit agn.

Il a toujours la nausée.

Il vomit agn.

Et agn.


Voir la vidéo: PATTES ET EMPREINTES DANIMAUX (Décembre 2021).