Général

Déshydratation et pertes d'électrolytes chez le cheval de sport

Déshydratation et pertes d'électrolytes chez le cheval de sport

Vous pouvez conduire un cheval à l'eau mais vous ne pouvez pas le faire boire. Nous connaissons tous cette maxime qui a longtemps été utilisée pour souligner l'entêtement apparent du cheval. Chez le cheval qui fait beaucoup d'exercice ou qui est épuisé par la chaleur, cependant, ce refus de boire n'a rien à voir avec la personnalité ou le tempérament, et tout à voir avec la physiologie.

La déshydratation se produit lorsque le corps de votre cheval perd des quantités excessives d'eau. Normalement, vous et votre cheval perdez de l'eau corporelle sur une base continue, sous forme de sueur, d'urine et d'excréments. Cependant, sur une base ordinaire, vous remplacez facilement ces pertes - votre corps vous dit que vous avez soif et que vous buvez des liquides. Cependant, les pertes sont parfois trop importantes pour que l'organisme puisse les suivre.

Chez le cheval qui fait de l'exercice, la perte de liquide se produit sous forme de sueur. Au début de la déshydratation, le cheval peut bien faire face à la perte de liquide. La déshydratation est estimée en termes de pourcentage de poids corporel que le cheval a perdu. Il est très difficile de détecter des pertes de 5% ou moins.

Lors d'une déshydratation sévère, la peau devient moins élastique, ce qui se voit avec des tentes cutanées: lorsque vous tirez un pli lâche de la peau de votre cheval, il faut beaucoup de temps pour revenir à son état normal; un cheval avec 10 à 12 pour cent de déshydratation, le pli cutané met 20 à 45 secondes pour disparaître. À mesure que la déshydratation progresse, la fréquence cardiaque augmente, car il y a moins de liquide dans les vaisseaux sanguins, de sorte que le cœur doit pomper le sang plus rapidement pour obtenir le même effet. Votre cheval urine moins souvent, ou pas du tout, et ses performances se détériorent, car la déshydratation contribue à l'épuisement. Finalement, avec une déshydratation sévère, votre cheval ne pourra plus fonctionner et peut même s'effondrer.

Électrolytes

Au niveau le plus élémentaire, les électrolytes sont des sels, tels que le sel de table, qui se dissocient en ions séparés lorsqu'ils sont dissous dans l'eau. Les électrolytes font partie intégrante de la fonction nerveuse et musculaire, ainsi que de presque toutes les autres fonctions physiologiques du corps. Les électrolytes les plus importants sont le sodium (Na +), le chlorure (Cl-), le potassium (K +), le calcium (Ca2 +) et le magnésium (Mg2 +). Ces électrolytes sont distribués dans tout le corps d'une manière hautement ordonnée, et toute perturbation de cet ordre peut entraîner de graves dysfonctionnements corporels. Par exemple, lorsque les niveaux d'électrolyte du corps sont perturbés, votre cheval peut avoir des problèmes cardiaques, son système gastro-intestinal peut ne pas fonctionner correctement, ses muscles peuvent développer des crampes et il peut même ne pas être capable de penser correctement, car son cerveau peut ne pas fonctionner normalement .

Votre cheval - ou vous ou n'importe quel mammifère - est composé d'environ deux tiers d'eau. Ainsi, pour un cheval de 1000 livres de taille moyenne, l'eau représente 660 livres de sa masse corporelle, ce qui se traduit par 80 gallons d'eau. Sur ces 80 gallons, un tiers est extracellulaire, ce qui signifie qu'il se trouve à l'extérieur des cellules du corps sous forme de sang et de liquide lymphatique. Les deux tiers sont intracellulaires, ce qui signifie qu'ils restent à l'intérieur des cellules.

La composition électrolytique du fluide extracellulaire (ECF) et du fluide intracellulaire (ICF) est très différente. L'ICF est très riche en potassium, tandis que l'ECF est très riche en sodium. Nous utilisons les valeurs sanguines pour estimer la composition électrolytique de tout le corps, mais elles peuvent être assez trompeuses, car elles ne nous disent pas ce qui se passe avec le liquide intracellulaire.

Tous les athlètes perdent de l'eau sous forme de transpiration pendant l'exercice - cela fait partie d'une adaptation pour se débarrasser de la chaleur excessive. À mesure que la sueur s'évapore, le corps de votre cheval se refroidit. C'est la principale raison pour laquelle il est plus difficile de faire de l'exercice dans une humidité élevée - la sueur est toujours générée, mais elle ne s'évapore pas et ne se refroidit donc pas efficacement, donc encore plus de transpiration est stimulée.

Les glandes sudoripares équines sont différentes des glandes sudoripares humaines, ce qui fait que les chevaux perdent plus d'électrolytes pendant la transpiration que les humains. Les chevaux perdent de grandes quantités de sodium et de chlorure dans leur sueur, avec des pertes plus faibles de calcium et de potassium. Les pertes d'eau sont élevées pendant l'exercice - jusqu'à 10 litres par heure. Le taux de perte d'eau dépendra de l'intensité de l'exercice ainsi que de la température ambiante.

Le corps de votre cheval reçoit le signal qu'il a soif lorsqu'une des deux choses se produit: soit le volume sanguin baisse, soit la concentration en sodium dans le liquide extracellulaire augmente, c'est-à-dire qu'il se concentre ou est salé. Les chevaux reçoivent le signal de soif plus lentement que les humains, car chez les humains, le sodium est moins concentré dans la sueur, donc le sodium devient plus concentré dans le sang, et le signal de soif s'éteint rapidement.

Chez les chevaux, les glandes sudoripares sont très pauvres pour conserver le sodium, donc même si le cheval a perdu une grande quantité d'eau et de sodium, le signal ne sort pas pour que le cheval boive jusqu'à ce qu'une baisse sérieuse du volume sanguin se produise en raison de la déshydratation. Par conséquent, même si votre cheval est clairement déshydraté, lorsque vous le conduisez à l'eau, vous ne pouvez pas le faire boire. Il n'est pas têtu - son corps ne lui donne tout simplement pas un signal d'avertissement suffisamment tôt.

À surveiller

Après une phase de cross-country difficile, quelques chukkers de polo ou une randonnée d'endurance, votre cheval est susceptible d'être assez déshydraté. Les pertes ont tendance à survenir au début de la randonnée, même si votre cheval peut sembler normal. Les signes peuvent comprendre:

  • Muqueuses sèches
  • Yeux enfoncés
  • Fatigue
  • Coliques
  • Fréquence cardiaque élevée
  • Fréquence respiratoire qui ne diminue pas avec des mesures de refroidissement appropriées

    Votre vétérinaire recherchera:

  • Impulsions faibles
  • Remplissage retardé de la veine jugulaire, qui est la grosse veine qui parcourt la longueur du cou de votre cheval
  • Tente cutanée
  • Mauvais temps de remplissage capillaire (CRT). Afin de déterminer le CRT, votre vétérinaire appuiera légèrement sur la gomme du cheval pour provoquer le blanchiment de la couleur et déterminera combien de temps il faudra pour que la couleur revienne. Chez le cheval normal, cela ne prend pas plus de 2 secondes.

    À mesure que la déshydratation progresse, le cheval peut éventuellement s'effondrer. En plus de la déshydratation, votre cheval est également susceptible d'avoir une perte d'électrolytes de tout le corps. Les signes de faibles niveaux d'électrolyte peuvent inclure

  • Nervosité
  • Fatigue
  • Tremblements musculaires
  • Raideur

    Des chercheurs de la Washington State University ont récemment découvert que les hormones du corps fonctionnent toujours pour récupérer le sodium perdu le lendemain d'un exercice intense - même si les chevaux ne montrent aucun signe extérieur d'épuisement des électrolytes.

    Les besoins en eau varient considérablement en fonction de la météo et du niveau de travail du cheval. Par exemple, si votre cheval fait de l'exercice par temps chaud et humide, il peut avoir besoin de 2 à 4 fois la quantité minimale. Une bonne règle de base est qu'un cheval a besoin d'au moins un gallon d'eau pour 100 livres de poids corporel. Pour votre cheval moyen, cela équivaut à 10 gallons par jour.

    Si vous avez besoin de faire boire plus à votre cheval, la première chose, et la plus importante, est de vous assurer qu'il a un accès continu à l'eau. De plus, les chevaux ont tendance à boire moins d'eau en hiver si l'eau est froide. Des études ont montré que les chevaux boivent plus d'eau s'il fait chaud ou tiède, alors procurez-vous un chauffe-eau et ne vous attendez pas à ce que votre cheval boive de l'eau froide glacée.

    Sur la route, certains chevaux sont très pointilleux sur l'eau étrangère. Certains concurrents expérimentés conseillent d'apporter suffisamment d'eau de la maison et de habituer votre cheval à boire de l'eau aromatisée. De nombreux chevaux aiment l'eau parfumée au jus de pomme. Les chevaux boivent davantage quand on leur tient tête après et pendant la compétition. Vous devriez essayer d'offrir à votre cheval de l'eau dans un endroit calme, où il ne sera pas dérangé par toute l'action autour de lui.

    Un flocon de foin mouillé peut absorber 1 à 2 gallons d'eau. Si vous nourrissez votre cheval de foin bien trempé, vous pouvez avoir un réel impact sur sa consommation de liquide. Les cavaliers d'endurance en profitent en nourrissant les chevaux de foin imbibé avant de longues randonnées.

    Suppléments

    Il est possible de donner à votre cheval trop d'électrolytes et ils peuvent être toxiques en quantités excessives. Les besoins en sel (NaCl) varient entre un dixième de pour cent de l'aliment ingéré pour une jument et trois dixièmes de pour cent de l'aliment ingéré pour un cheval de compétition. La quantité maximale de NaCl qu'un cheval peut tolérer avant qu'il ne devienne toxique est de 3% de l'aliment ingéré. Il serait inhabituel pour un cheval d'ingérer autant de sel, car la nourriture qui en contient aurait un goût désagréablement salé.

    Si vous commencez à donner à votre cheval de nombreux électrolytes, vous remarquerez que votre cheval urine fréquemment et boit beaucoup plus d'eau. Certains vétérinaires déconseillent d'ajouter des électrolytes à l'eau. Si vous choisissez de compléter de cette façon, il est TRÈS important que vous offriez également à votre cheval un seau d'eau sans additifs. Votre cheval ne peut pas, et ne devrait pas, absorber suffisamment d'eau avec des électrolytes pour subvenir à ses besoins en liquide et se déshydratera si vous ne lui donnez pas accès à de l'eau ordinaire. En général, il est préférable de compléter les électrolytes dans les aliments plutôt que dans l'eau.

  • Si vous utilisez des préparations commerciales, recherchez-en une qui contient environ trois parties de NaCl pour une partie de KCl, ainsi que du calcium et du magnésium.
  • Si vous souhaitez une solution peu coûteuse et efficace, tout ce que vous avez à faire est d'acheter du sel Lite (c'est juste du KCl) et du sel de table ordinaire. Mélangez-les à raison de trois parties de sel de table pour une partie de sel allégé.
  • Le montant que vous donnez dépend de la météo et du niveau d'exercice du cheval. En général, les chevaux qui ne transpirent pas excessivement ont besoin de deux onces par jour de ce mélange. Les chevaux qui transpirent par temps chaud et humide ont besoin de 3 à 5 onces de ce mélange.
  • Afin d'éviter les pertes d'électrolyte, donnez à votre cheval environ deux onces de supplément d'électrolyte quelques heures avant la compétition. Si la compétition sera longue (comme une course d'endurance), prévoyez de donner le même montant toutes les 1/2 heures à 1 heure.
  • Ne donnez pas de foin sec à votre cheval après la compétition - il absorbera l'eau dont le cheval a besoin ailleurs dans le corps.

    Les chevaux peuvent généralement être supplémentés de 1 à 2 onces de sel par jour. La plupart des céréales commerciales contiennent de 0,5 à 1 pour cent de sel ajouté, en plus du potassium et du calcium. Étant donné que les chevaux mangent beaucoup plus de foin et d'autres fourrages que les céréales, le sel total ingéré par le cheval sera inférieur à 1%. C'est plus que suffisant pour un cheval de plaisance, mais ce n'est généralement pas suffisant pour les chevaux qui font beaucoup d'exercice.

    Le sel peut être complété sous la forme d'un bloc de sel (un bloc d'oligo-éléments est préférable), ou sous forme de sel libre ajouté au grain. Cela fonctionne mieux avec un grain qui a une sorte d'agent de liaison, comme la mélasse. La quantité de sel que votre cheval obtient d'un bloc de sel dépend du goût de votre cheval pour le bloc de sel. Des études ont montré que certains chevaux ne parviennent pas à satisfaire même les exigences minimales s'ils reçoivent simplement un bloc de sel.

    Après la compétition

  • Les chevaux qui ont fait de brèves périodes d'exercices extrêmes doivent être soigneusement refroidis et doivent recevoir de petites gorgées d'eau fréquentes.
  • Les chevaux qui ont fait un exercice long et modéré (comme les chevaux d'endurance), devraient être autorisés à boire de l'eau pendant et immédiatement après la compétition.
  • Bien que les solutions électrolytiques ne soient pas le meilleur moyen de fournir des électrolytes quotidiennement, elles sont appropriées après la compétition. En fait, votre cheval sera beaucoup plus susceptible de boire une solution d'électrolyte pendant ou après la compétition, plutôt qu'avant. Cependant, votre cheval a besoin d'eau, pas seulement d'électrolytes.
  • Les chevaux qui sont modérément à gravement déshydratés ont besoin de soins vétérinaires. Le vétérinaire traitant traitera avec des liquides intraveineux et des liquides administrés avec une sonde nasogastrique.